Faire la dictée à partir du fichier audio

Trois mots sont donnés : sabbat, Saint-Pierre, Pelée.

Corrigé de la dictée brevet texte de Salavina

Corrigé

Salavina, Trente ans de Saint-Pierre (1909)

Cette fois , je me tus…Ce tonnerre de Dieu m’inquiétait fort…Cloué, perplexe, je fouillai du regard les flancs de la montagne. Soudain, comme des feux follets, j’y vis courir des lumières en tous sens. Elles virevoltaientpartout, en vraies lucioles…Elles naissaient, montaient, descendaient, s’éteignaient…puis reparaissaient plus loin et plus bas. Quel était ce sabbat d’un nouveau genre ? …Les montagnards éperdus fuyaient dans la nuit, tandis que, formidables, rugissaient maintenant les détonations de la Pelée. Un mince filet de cendre noire fusadans l’or de l’infini, éteignant à nos yeux la splendeur des étoiles.

Les principales difficultés :

–         le passé simple : je tus, je fouillai, je vis, il fusa. Revoir surtout les verbes du premier groupe à P1 et P3.

–         Cloué : l’adjectif qualificatif est apposé au sujet je qui désigne un garçon (mais comment le savez-vous ??)

–         Tous : pour tous les sens donc tous

–         Virevoltaient : le verbe s’écrit comme il se prononce mais il est conjugué à P6 car ce sont les lumières qui sont le sujet.

–         Vraies : s’accorde avec lucioles, féminin pluriel.

–         Reparaissaient : est le dernier verbe d’une énumération ; il ne faut donc pas perdre de vue le sujet qui est « elles » pour « les lumières ». Donc P6 à l’imparfait.

–         Quel : l’adj interrogatif s’accorde avec « sabbat », masculin singulier donc quel.

–         Eperdus : s’accorde avec « les montagnards » donc masculin pluriel.

–         Formidables : est un adjectif apposé qui s’accorde avec un nom placé loin de lui : les « détonations » donc féminin pluriel.

–         Noire : s’accorde avec « la cendre » donc féminin singulier

Partagez

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail