Faire la dictée à partir du fichier audio

Corrigé de la dictée 

Corrigé

Diplôme National du Brevet  2003 sud, série collège

Flaubert, Trois contes , « la Légende de saint Julien l’Hospitalier ».

Le bois s’épaissit, l’obscurité devint profonde. Des bouffées de vent chaud passaient, pleines de senteurs amollissantes. Il enfonçait dans des tas de feuilles mortes, et il s’appuya contre un chêne pour haleter un peu.

Tout à coup, derrière son dos, bondit une masse plus noire, un sanglier. Julien n’eut pas le temps de saisir son arc, et il s’en affligea comme d’un malheur. Puis étant sorti du bois, il aperçut un loup qui filait le long d’une haie. Julien lui envoya une flèche. Le loup s’arrêta, tourna la tête pour le voir et reprit sa course. Il trottait en gardant toujours la même distance, s’arrêtait de temps à autre, et, sitôt qu’il était visé, recommençait à fuir.

Difficultés majeures :

Les verbes conjugués au passé simple :

–         ont comme terminaison –a à P3 pour les verbes du premier groupe en –er : s’appuya, s’arrêta, tourna, affligea.

–         prennent un –t à P3 pour les autres verbes : aperçut, s’épaissit, eut.

Devant certaines voyelles, on ajoute des éléments :

–         g + e + a : affligea

–         c + cédille + u ou a : aperçut, recommençait pour faire le son [s]

Le participe présent, le gérondif et l’adjectif verbal s’écrivent –ant : étant, en gardant, amollissantes.

Dans l’expression tout à coup , le à est une préposition et non le verbe avoir ; il prend donc un accent.

L’accord du verbe se fait avec le sujet agissant : des bouffées de vent chaud passaient: ce sont les bouffées qui passent.

Ne pas confondre s’en / sans : il s’en affligea = il s’affligea de qqc ; soyez attentifs à la liaison qui est faite.

Plein s’accorde avec le nom auquel il se rapporte : ici bouffées donc pleines.

Les mots haleteret haie prennent la lettre « h » : dans les deux cas, la lettre est aspirée ; on ne dira donc pas des (z) haies : cela peut vous aider à l’orthographier.

Ne confondez plus les infinitifs et les participes passés : pour haleter (pour coudre, infinitif) mais il était visé (il était cousu, participe passé)

Enfin sitôt, chêne, arrêta et tête prennent un accent circonflexe, signe de la présence d’un « s » dans un temps plus ancien. Retenez-les !

Partagez

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail