Document d’Histoire

Document. Le programme du Conseil National de la Résistance, 15 mars 1944

Le texte a été diffusé au printemps 1944 dans la clandestinité, par les journaux des mouvements de résistance.

Né de la volonté ardente des Français de refuser la défaite, la Résistance n’a pas d’autre raison d’être que la lutte quotidienne sans cesse intensifiée.

Cette mission de combat ne doit pas prendre fin à la Libération. […]

Aussi les représentants des organisations de Résistance, des centrales syndicales et des partis ou tendances politiques groupés au sein du CNR délibérant en assemblée plénière le 15 mars 1944, ont- ils décidé de s’unir sur le programme suivant, qui comporte à la fois un plan d’action immédiate contre l’oppresseur et les mesures destinées à instaurer, dès la libération du territoire, un ordre social plus juste.

I. Plan d’action immédiate

Les représentants des organisations de Résistance des centrales syndicales et des partis ou tendances politiques groupés au sein du CNR […] proclament leur volonté de délivrer la patrie en collaborant étroitement aux opérations militaires que l’armée française et les armées alliées entreprendront sur le continent, mais aussi de hâter cette libération, d’abréger les souffrances de notre peuple, de sauver l’avenir de la France en intensifiant sans cesse et par tous les moyens la lutte contre l’envahisseur et ses agents, commencée dès 1940.

[…]

II. Mesures à appliquer dès la libération du territoire

[…]

4°) Afin d’assurer :

  • l’établissement de la démocratie la plus large en rendant la parole au peuple français par le rétablissement du suffrage universel ;

  • la pleine liberté de pensée, de conscience et d’expression ;

  • la liberté de la presse, son honneur et son indépendance à l’égard de l’Etat, des puissances

    d’argent et des influences étrangères ;

  • la liberté d’association, de réunion et de manifestation (…)

  • l’égalité absolue de tous les citoyens devant la loi ;

    5°) Afin de promouvoir les réformes indispensables :

    […]

Sur le plan social :

  • le droit au travail et le droit au repos, notamment par le rétablissement et l’amélioration du régime contractuel du travail ;

    […]

  • un plan complet de sécurité sociale, visant à assurer à tous les citoyens des moyens d’existence, dans tous les cas où ils sont incapables de se les procurer par le travail

    […]

  • une retraite permettant aux vieux travailleurs de finir dignement leurs jours ;

    […]

    En avant donc, dans l’union de tous les Français rassemblés autour du CFLN1 et de son président, le général de Gaulle ! En avant pour le combat, en avant pour la victoire, afin que vive la France !

1 Comité Français de Libération Nationale, remplacé le 3 juin 1944 par le Gouvernement Provisoire de la République Française

Corrigé des questions sur le document d’histoire

1) Identifiez les auteurs du texte

Réponse

Les auteurs de ce document sont les membres du Comité National de la Résistance, créé par Jean Moulin, à la demande du général de Gaulle alors à Londres. Le but était d’unifier les différentes résistances intérieures de la France comme il est dit : « Aussi, les représentants des organisations de Résistances, des centrales syndicales ou tendances politiques groupés au sein du CNR ».

Eléments complémentaires pour obtenir des points bonus sur la note globale

Parmi eux, on retrouve :

– les groupes politiques clandestins, issus de la IIIe République : les socialistes de la S.F.I.O., les communistes, les radicaux, les démocrates chrétiens, Alliance démocratique (droite modérée et laïque) et Fédération Républicaine (droite conservatrice et catholique),

– les syndicats clandestins : la C.G.T. et la C.F.T.C.,

– les 8 grands mouvements de résistance : « Ceux de la Libération », « Combat », « Ceux de la Résistance », « Franc Tireur », « Front National », « Libération Nord », « Libération Sud », « Organisation Civile et Militaire ».

 2) Pourquoi le programme d’action du Comité National de la Résistance daté du 15 mars 1944 a-t-il été adopté dans la clandestinité ? Expliquez la phrase soulignée en quelques lignes en faisant appel à vos connaissances.

Réponse

Tout cela est adopté dans la clandestinité, car, en France, tous les partis politiques, syndicaux ou groupuscules résistants sont clandestins. A la date du document, la France fait partie du Reich, et la politique nazie est appliquée. Toute forme de résistance est donc considérée comme une trahison et une traîtrise, et punie par la mort ; d’où la clandestinité.

Eléments complémentaires pour obtenir des points bonus sur la note globale

Jusqu’au 11 novembre 1942, la France était divisée en 2 : la « zone occupée » au Nord, et la « zone libre » au Sud, gouvernée par le Maréchal Pétain depuis Vichy, et qui menait une politique collaborationniste. Après le débarquement allié en Afrique du Nord, la zone libre fut envahie par les italiens et les allemands, puis occupée par les allemands seuls avec la capitulation de l’Italie en 1943.

Suite de la Réponse

La phrase soulignée : « proclament leur volonté de délivrer la patrie en collaborant étroitement aux opérations militaire que l’armée françaises et les armées alliées entreprendront sur le continent, mais aussi de hâter cette libération », fait référence au fait que les alliés, depuis Londres, s’apprêtent à mener une offensive en Europe de l’Ouest. Si au jour du document (le 15 mai 1944) on ne connaît pas encore en France la date de la future action (le 6 juin en Normandie et le 15 août en Provence), en amont la « France Libre » envoie des agents, des messages codés, de l’argent, des émetteurs-récepteurs pour capter Radio Londres, etc… Sur le territoire français, cela passe aussi par des actions menées par les Francs Tireurs contre les Allemands, des sabotages (ponts, rails, usines, routes, etc…), ou encore les maquisards. Tous ces groupuscules armés, tous ces combattants sont regroupés dans les F.F.I. (Forces Françaises de l’Intérieur) qui sont les groupes armés sur le territoire national.

3) Comment expliquer que le général de Gaulle soit mentionné dans le dernier paragraphe ?

Réponse

Le général de Gaulle est mentionné dans le dernier paragraphe car c’est lui qui, dès 1940, a fui la France pour s’établir à Londres, et a appelé les français à continuer la lutte et à ne pas capituler face à l’ennemi (appel du 18 juin 1940). Dès l’été 1940, des unités combattantes constituées de volontaires l’avaient rejoint ; il s’agissait des F.F.L. (Forces Françaises Libres).

Eléments complémentaires pour obtenir des points bonus sur la note globale

Il a créé à Londres le C.F.L.N. qui se veut être le « vrai gouvernement » de la France, et non celui de Pétain qui collabore avec l’Allemagne. Pour lui, il était essentiel que la France maintienne la lutte. Il est à l’origine, via son émissaire Jean Moulin, de fédérer au sein du C.N.R. tous les partis et mouvements de résistance.

4) Relevez et classez les réformes prévues par le CNR dans le tableau suivant :

Les projets de réforme du CNR après la libération du territoire  

Sur le plan des droits et des libertésSur le plan social                              
  
  
  
  

Réponse


Les projets de réforme du CNR après la libération du territoire  

Sur le plan des droits et des libertésSur le plan social                              

Rétablissement de la démocratie la plus large au suffrage universel.

Réponse bonus :  Par « la plus large », il évoque ici le droit de vote des femmes.                              

Droit au travail et au repos

Réponse bonus : Pour le droit au repos, on peut citer la mesure des congés payés votés en 1936 par le Front Populaire en France. Le régime de Vichy était farouche à ce droit social qu’il déclarait en partie responsable de la défaite de la France en 1940. Malgré tout, jamais le régime de Vichy ne les a supprimés. Le CNR réaffirme ici ce droit acquis.

Liberté de pensée, de conscience et d’expression Évolution du régime contractuel de la France, ce qui est une amélioration du droit du travail.
Liberté d’association, de réunion, de manifestation.  Instauration d’un système de retraite.

Égalité absolue de tous les citoyens devant la Loi

Réponse bonus  : Avec le mot « absolue », il faut comprendre, entre autres, la fin de la politique raciste antisémite menée par Vichy).

Instauration d’une sécurité sociale. 

5) À partir de deux exemples précis, relevés dans le texte, montrez que le programme du CNR a été appliqué à partir de 1944.

3 exemples sont proposés dans ce corrigé, sur les 2 demandés.

Exemple 1

Réponse

Exemple 1 « Rétablissement de la démocratie la plus large au suffrage universel. »

Le 3 juin 1944 est créé, à la suite du Comité Français de Libération Nationale, le Gouvernement Provisoire de la République Française, par le général de Gaulle, à Alger (capitale provisoire de la France dès juin 1943 avec la formation du CFLN). Durant cette période, existe une Assemblée Consultative Provisoire. Parmi le programme du CNR est évoqué un retour de la démocratie au Suffrage Universel.

Eléments complémentaires pour obtenir des points bonus sur la note globale

Il est inutile de résumer l’évolution du droit de vote depuis la Révolution française en France ici. Jusqu’à présent, le suffrage était inégalitaire : soit censitaire ou, comme sous la IIIe République, soit universel mais uniquement masculin. Or, pendant l’occupation, nombreuses sont les femmes qui ont œuvré dans la Résistance, en plus du mouvement des Suffragettes (les femmes réclamant des droits politiques), depuis la Grande Guerre.

Suite de la Réponse

Le 23 mars 1944, l’Assemblée consultative, sous l’impulsion de Fernand Grenier, adopte le principe du droit de vote des femmes, et qui fut ratifié par le général de Gaulle en avril, soit avant la déclaration du CNR. Ainsi, dès avril 1944 : « les femmes sont électrices et éligibles dans les mêmes conditions que les hommes ». Si ce droit est accordé dès 1944, elles ne votent pour la première fois qu’en 1945. Dès lors, le suffrage est vraiment universel en France.

Exemple 2 

Réponse

Exemple 2 « Un plan complet de sécurité sociale, visant à assurer à tous les citoyens des moyens d’existence, dans tous les cas où ils sont incapables de se les procurer par le travail. »

Le système social français, s’inspirant de Bismarck pour l’Allemagne, ou du rapport Beveridge pour l’Angleterre a été créé officiellement en France avec les ordonnances des 4 et 19 octobre 1945, et qui concerne la situation de maternité, et les risques de maladie, invalidité, vieillesse, décès et accidents du travail, au profit des salariés du secteur privé. A cette époque, il n’y a pas de caisse pour le chômage, dans le contexte d’après guerre de reconstruction avec le plein emploi, et ce que l’on nomme les « Trente Glorieuses ».

Exemple 3

Réponse

Exemple 3 « La pleine liberté de pensée, de conscience et d’expression ; La liberté de la presse, son honneur et son indépendance à l’égard de l’État, des puissances d’argent et des influences étrangères. »

Le C.N.R. veut renouveler la liberté de la presse. Sous l’occupation, la presse était censurée par les allemands ; la plupart des journaux étaient contrôlés, les articles censurés, et il existait une régulation du papier. Nombreux ont été les journaux clandestins nés dans la Résistance : Défense de la France, Combat, Libération (créé en 1941 par Raymond Aubrac et Emmanuel Astier de la Vigerie).

Différentes ordonnances rétablissent ce droit :

  • celle du 6 mai 1944 : abolition de la censure et réaffirmation de la liberté de la presse de 1881,
  • celles des 22 et 26 août prévoient des règles d’indépendance de la presse,
  • celle du 30 septembre vise à dissoudre les titres parus sous l’Occupation.

Eléments complémentaires pour obtenir des points bonus sur la note globale

En 3e on ne s’attend pas à ce qu’un élève cite les dates exactes, ni même le détail des ordonnances. Mais, cela serait un bon bonus de donner les grandes lignes des ordonnances

Partagez

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail